AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Chronique] Deux othariens, une arrivée - Achevée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rin

avatar

Messages : 302
Date d'inscription : 28/05/2016

MessageSujet: [Chronique] Deux othariens, une arrivée - Achevée   Lun 18 Juil - 15:19




     Comme à son habitude, le clan Kumo était toujours très calme le soir. Personne ne sortait après vingt-et-une heure et tout le monde profitait de chez soi avec sa famille, quelque soit leur statut social. Le palais du clan Kumo était le seul à devoir rester éveillé cependant. Ce palais si animé normalement devait se faire entendre dans tout le village. Pourquoi un silence si pesant régnait ce soir-là ? Les servants, depuis plusieurs lunes, avaient perdu leur joie de vivre. Leurs visages fermés et ternes laissaient une certaine inquiétude. Ceci touchait également le seigneur de ces terres, Kusakari no Kyokai. D'habitude si droit, strict et fort, le voilà avec un voile d'angoisse sur le visage. Il se tenait assis sur ses genoux dans la grande salle commune, patient. Ses mains étaient toutes deux sur ses cuisses et son regard était fermé.

          Soudainement, la porte se trouvant face à lui coulissa et laissa entrer deux aorans. L'un était très grand et sa peau mate contrastait avec son suikan blanc. L'autre était presque minuscule mais avait de longs cheveux blonds et soyeux. Leurs regards violets s'orientaient sur le seigneur et ils s'inclinèrent face à lui, respectueusement. D'un mouvement fluide, ils vinrent s'asseoir sur leurs genoux face à lui, attendant les mots du vieil aoran d'un regard soucieux. Quelque chose n'allait pas.

« Fils, fille. Sans mon accord, Tetsunori-sensei est parti tard hier soir pour Eorzéa. »

Les yeux du fils s'écarquillèrent, il n'en croyait pas ses yeux. Comment une personne aussi droite et loyal envers Kusakari no Kyokai pouvait partir sans l'accord de son seigneur ? La jeune aoranne tourna la tête vers son frère, son regard de poupée de porcelaine fixa éperdument l'attitude de ce dernier. Elle se noua la gorge tandis que le jeune aoran fronça les sourcils. Il ne pouvait pas répliquer sans que son père finisse de dire ce qu'il avait à dire. S'il est parti sans l'accord de son seigneur, alors...

« Akito. Ton maître a trahi ses engagements envers le clan des Nuages. Tu sais ce qui va arriver, tu connais la sentence. En tant que disciple, je t'ordonne d'aller le chercher et de le ramener ici, vivant. »

Il serra ses poings ainsi que ses dents, se contenant au mieux. Il avait tant de question à lui poser, il avait besoin de réponse. Malheureusement pour lui, il ne put dire quoi que ce soit sous les ordres de son père. Akito était un samurai en devenir. Il ne devait pas discuter les ordres de son père, ni de son seigneur. La jeune aoranne à ses côtés le regarda tristement. Elle serra doucement ses mains à son tour. Elle n'aimait pas voir son frère ainsi, c'était mauvais signe. Puis, quelques instants plus tard, son frère la regarda à son tour, d'un regard intrigué.

« Chichi-ue.. Pourquoi avoir convoqué Yuuka en ce cas ? N'est-ce pas une mission que je dois remplir seul ?
- Yuuka et toi êtes liés. L'un ne peut partir sans l'autre. Tu sais pourquoi et elle te sera bien utile durant ta quête en tant qu'élue. »

Le regard améthyste de l'aoranne s'attacha à celui de son père. Elle ne dit mot bien que son regard en disait long. Elle allait devoir quitter son foyer pour partir en Eorzéa... La terre où elle avait toujours rêvé d'y mettre un pied. De son côté, Akito la regarda en coin, un brin rassuré de la voir aussi rêveuse. Mais il ne devait pas être rassuré. Ils allaient se trouver sur une terre inconnue et remplie de mystères. En aucun cas il devait faillir à la tâche.

« Alors, fils, oui. Tu as deux missions durant ton voyage. Ramener Tetsunori-sensei et protéger Yuuka de tout danger. Cela est une mission, comme un entrainement. Eorzéa est un continent dangereux, chaque pas sera redouté. »

         L'aoran hocha la tête gravement. Il savait pertinemment que son père détestait Eorzéa. La simple idée d'y envoyer sa seconde génération avait dû être un calvaire pour lui. Alors, après un accord pour se relever et partir, ils empruntèrent à nouveau la porte coulissante pour s'avancer dans le jardin et s'arrêter un moment. Tous les deux étaient très surpris du départ de Tetsunori-sensei mais Akito devait être celui le plus marqué. Ils avaient pourtant cette connivence entre eux, ils étaient presque devenus frère de coeur. Que s'était-il passé ? Pourquoi était-il parti ? C'est ce qu'ils allaient devoir résoudre. Empruntant de différents chemins, la fratrie devait se rejoindre à l'aube pour commencer leur voyage en Eorzéa.



Dernière édition par Rin le Ven 19 Aoû - 12:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rin

avatar

Messages : 302
Date d'inscription : 28/05/2016

MessageSujet: Re: [Chronique] Deux othariens, une arrivée - Achevée   Mar 19 Juil - 14:31




          Alors que la septième cloche venait de sonner, la chaleur régnait déjà sur les plaines d'Othard. Les commerces étaient déjà ouverts et les pêcheurs souriaient de toutes leurs dents face à cette belle journée qui s'annonçait. Ce soleil si éclatant accueillait également les deux aorans vêtus d'une coule au couleur de leur clan aux portes du village, bagages et sac à dos en place. L'aîné avait insisté auprès de sa sœur de porter ce vêtement afin qu'ils ne soient pas repérés. Repérés par quoi ? Par qui ? Ceci, elle ne le savait pas encore.

Franchissant les grandes portes du clan Kumo, les voilà en dehors de la ville. Akito était habitué à sortir du clan avec son maître, ils s’entraînaient absolument partout, dans toutes les conditions également. Dans la chaleur, dans le froid, dans le vent, sous le tonnerre.. Akito était vraisemblablement le plus habile à pouvoir sortir sans se soucier du moindre danger, contrairement à sa petite sœur. Elle qui n'avait connu que le Palais du clan des Nuages, elle qui aimait tant servir le thé à une heure précise, elle qui appréciait regarder la cour du Palais à sa fenêtre, elle qui prenait soin d'elle comme une poupée exemplaire... Elle se trouvait finalement dans un milieu hostile et inconnu. Cela allait changer sa vie de princesse. Ces beaux jours n'étaient plus et elle le savait. Néanmoins, serrant ses petites poignes, elle regarda droit devant elle. La mission de son frère passait au-delà de ça. Il fallait que ceci soit accompli en temps et en heure. C'était comme un travail normal, il ne fallait pas qu'elle faille à la tâche sous peine de déshonneur personnel. Ils regardèrent derrière eux une dernière fois avant d'arracher leur regard sur cette vue du clan Kumo et de se mettre en marche vers un sentier menant à une forêt.

          Traversant une sombre forêt aux bruits étranges, il leur avait fallu au moins une matinée entière pour rejoindre le littoral vers les tribus xaelas. Aucun bateau ne menait les aorans vers le continent d'Eorzéa, tous les bateaux étaient partis durant la période d'exode. Il leur fallait un moyen d'y accéder cependant. Et la meilleure solution..était de s'infiltrer dans une embarcation clandestine des xaelas. L'idée du grand frère effrayait la petite soeur bien qu'il essayait mainte et mainte fois de la rassurer.

« Daijobu desu yo, Yuu. Je suis là pour te protéger et je serais toujours là pour le faire. Ce n'est qu'un moment à passer et nous resterons cacher dans un coin tranquille du bateau. Ne crois-tu pas en ton frère ?
- ...Hai. »

Arrivés devant une embarcation entourée de xaela aussi dangereux les uns que les autres, du moins d'après la vision de ces deux raens, ils s'arrêtèrent devant le skipper, cachant leurs cornes et leurs queues blanches sous leur coule rouge. Disposant assez d'argent pour les faire monter dans le bateau, les rires étouffés des xaelas semblaient suspicieux. Ils avaient commencé à rire une fois leur échange fini. Pourtant, ils n'avaient échangé que peu de parole entre eux...




         Une fois à l'intérieur, l'aîné prit la main de sa petite soeur pour la diriger vers un endroit isolé. Il s'était assuré que personne ne les suive, protecteur qu'il pouvait être. La jeune raenne déposa son petit sac à dos sur une caisse, soupirant. Le voyage avait déjà été très long pour elle. Se laissant glisser sur le long du mur de l'embarcation, Yuuka soupira à nouveau. Elle soupirait un soulagement, elle pouvait enfin se reposer. Son frère lui adressa son éternel grand sourire, un sourire si vivant et si joyeux comparé à elle qui se contenta de le regarder de ses yeux améthystes. A son tour, Akito se mit aux côtés de sa petite soeur, lâchant un soupir d'aise. Prenant soin l'un de l'autre, ils parlèrent de leur prochaine destination, la Baie des Vêpres. Visiblement, ce nom était familier aux lèvres de la raenne.

Malheureusement, il leur avait fallu peu de temps pour se reposer avant que cinq xaelas ne rentrent dans un fracas épouvantable dans leur petit espace isolé. Ils étaient plutôt joyeux, moqueurs. Ceci terrifia la raenne qui poussa un petit cri de terreur. Machinalement, elle posa ses deux manches sur ses lèvres, se cachant ainsi. Quant au grand frère, lui, se releva immédiatement, alerté. Passant d'un grand sourire éclatant à un simple sourire aux lèvres attachées, il resta ainsi face à eux. Dans cet amas de xaela se trouvait une femelle et quatre mâles. La femelle approcha, d'un air bien amical, voire trop amical.

« J'espère que vous êtes bien installés dans votre petit coin, nous.. Nous sommes à côté, non loin de vous. Si vous avez quoi que ce soit.. N'hésitez pas. D'accord ? »

Pendant que la xaela parlait, elle s'approchait des raens d'un sourire bienveillant. Sa tenue était typiquement xaela : elle était assez tribale. Le corps musculeux de la xaela prouvait à Akito qu'elle n'était aucunement faible. Elle était entraînée et elle savait également bien parler. Une fois proche de Yuuka, la petite terrifiée, la xaela finit par poser violemment sa main sur sa capuche afin de l'enlever. Ils étaient repérés. Comment ? Pourquoi ? Akito n'eut le temps de réfléchir. En voyant le sourire carnassier de la xaela à la découverte de raens sur son embarcation, le grand raen se jeta sur elle pour la plaquer contre le mur. Celle-ci n'eut le temps de réagir suffisamment pour esquiver sa charge et son dos éclata contre la parois du bateau. Le souffle coupé, Akito n'était pas aller de main morte. Cependant, si elle n'avait pas eu le temps d'esquiver son coup, elle eut le temps de pousser brusquement Yuuka vers les quatre mâles, aussi malsains les uns que les autres. Akito se redressa rapidement suite à ça et se retourna, cherchant éperdument sa soeur...qu'il trouva finalement avec ces bougres. L'un d'eux prit brutalement les longs cheveux de la raenne pour les soulever et tirer dessus. Douillette, Yuuka se crispa, tremblant de toute part. Elle grimaça, lâchant quelques petits cris. Elle était paralysée par la peur ainsi que par la douleur. Et par un coup de couteau, de millier de cheveux blonds volèrent et s'éparpillèrent sur le sol. Yuuka reçut un déshonneur fondamental, on venait de lui couper les cheveux, d'un coup sec et sans retenu.



Les yeux d'Akito s'écarquillèrent à cette vue, perdant peu à peu le reste du sourire qu'il avait. Ses sourcils se froncèrent immédiatement, chargeant sans réfléchir les quatre mâles. Tout en les chargeant, il arracha sa coule. La couverture ne servait plus à rien. Son regard perdait de plus en plus d'humanité, il devenait une vraie bête. Il ne pouvait accepter que l'on touche à sa sœur et encore moins à son honneur et sa dignité. Hurlant, criant à l'unisson des pleurs de sa jeune sœur, il voulait réduire à néant ces malfrats. Encastrant certains dans le mur-même, le sang peignit le sol et les parois de la pièce. Yuuka restait à terre, recroquevillée sur elle-même. Son regard larmoyant était rivé sur ses cheveux au sol, impuissante. Elle ne réalisait pas ce qu'on venait de lui faire, elle prenait parfois quelques bouts de ses cheveux pour les remettre "à leur place"...avant que tout ne tombe à nouveau à terre. Ses larmes commencèrent à noyer ses cheveux.

* * *


« Je...je t'en prie arrête, Akito-nii-san... »

       Elle déposa sa main sur la jambe gauche de son frère afin de l'arrêter dans sa folie. De ce seul geste, Akito réussit à reprendre le contrôle de lui-même. Il était essoufflé et épuisé. Suite à sa folie, deux xaelas s'étaient enfuis de la pièce, peur de voir leur vie se faire faucher. Les trois autres étaient assommés ou terriblement amochés. L'aoran secoua finalement la tête, reprenant conscience. Il posa un regard inquiet sur sa soeur déboussolée et terriblement honteuse d'être montrée ainsi. Ses cheveux étaient l'un des aspects qui devait être parfait selon elle. Cependant, tout comme son grand frère, Yuuka était terriblement fatiguée de cette journée. Fronçant encore doucement les sourcils, Akito se redressa pour préparer un lit confortable avant de la prendre et de la déposer dessus. Elle devait se reposer. Demain allait être une autre grande journée encore.

Ayant attendu que sa soeur dorme, il finit par se relever et aller encore s'occuper des corps restant sur le sol. Il n'en avait visiblement pas fini avec eux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rin

avatar

Messages : 302
Date d'inscription : 28/05/2016

MessageSujet: Re: [Chronique] Deux othariens, une arrivée - Achevée   Jeu 28 Juil - 11:58




       Après une semaine à voguer sur les flots, ils arrivèrent enfin au quai de la Crique du Croissant, dans le Thanalan occidental. Ils étaient visiblement fatigués de leur voyage et l'aube commençait à peine à se lever. Akito prit les hanches de sa soeur pour la soulever et la déposer sur le quai pendant que ses yeux avertis regardèrent le paysage : des montagnes de roches. Il resta perplexe, son père lui ayant déjà bien averti sur Eorzéa. Contrairement à Akito, Yuuka regardait le paysage avec une once d'admiration dans son regard. La cadette ne s'exprimait pas énormément, mais il fallait simplement observer son regard pour en déduire qu'elle était très heureuse d'être enfin arrivée en Eorzéa, une terre qu'elle admirait secrètement.

Une fois qu'Akito avait fini de poser d’innombrables questions à sa soeur sur sa santé, ils reprirent la route. Le paysage n'était pas si chaleureux qu'ils le pensaient, mais en voyant les xaelas courir à l'autre bout du village, ceci fit tiquer Yuuka.

« Akito-nii-san.. D'après Obaa-sama, quelqu'un aurait du venir nous voir pour nous prendre en charge et nous dire d'aller à la Cité d'Or. Je ne comprends pas.
- Mh ? Tu veux dire que nous ne sommes pas au quai de la Baie des Vu..La Baie des Veepu ?
- La Baie des Vêpres, hai. Obaa-sama m'avait une fois racontée qu'elle avait du aller directement à la Cité d'Or. Pourquoi pas nous ?
- Demandons.
- Hai. »

C'était ce qu'ils firent. Akito avait cette habilité à venir parler au premier passant venu de leur destination et ce dit-passant éclata de rire. Ils n'étaient aucunement à la Baie des Vêpres mais au village à côté. Comment se faisait-il qu'ils étaient arrivés à la mauvaise destination ? C'était simple, la Baie des Vêpres était déjà bondée de marchands et autres. Il n'y avait plus aucune place pour une autre embarcation, qui plus est, frauduleuse. Mais ceci ne s'appliquait qu'en Othard.



Une fois arrivés aux portes de la Baie des Vêpres, ils s'arrêtèrent un moment pour admirer l'agitation et la vie qu'émanaient de cette petite ville. Tous les marchands crièrent leurs produits à vendre haut et fort tandis que les passants rirent. Ceci était une autre ambiance qu'au clan des Nuages qui était plutôt calme et silencieux. Yuuka se rappelait les visages qui lui souriaient sans arrêt, bien que calme. Cependant, ce n'était pas le temps de rester ici à ne rien faire. Yuuka tira un bout du vêtement de son grand frère pour l'avertir qu'elle allait acheter de quoi manger. Il acquiesça bien qu'un brin soucieux. De son côté, il devait chercher des informations sur Tetsunori-sensei. Ils séparèrent alors, l'un vers la droite, l'autre vers la gauche. Bien qu'Eorzéa était tout nouveau pour eux, ce n'était certainement pas un temps pour faire le touriste, mais bien pour accomplir leur mission.

Une vingtaine de minutes plus tard, lorsque Yuuka finit ses petites courses, elle se fit un chemin jusqu'à l'entrée de la ville pour y attendre son frère. « Si tu ne me trouves pas, va aux portes de la ville. » lui avait-il dit avant de partir chacun de leur côté. Elle déposa lourdement le sac qu'elle porta et se laissa aller sur le sol, patiente. Elle admira les portes de cette ville malgré la coule qu'elle gardait éperdument sur elle. Il était hors de question pour elle de montrer ses pauvres cheveux coupés sauvagement. Ce n'était pas digne d'elle et elle essaya tout de même de garder le peu d'honneur qu'il lui restait.

« Yuu ! » 

La voix de son grand frère l'extirpa de ses pensées. Elle tourna la tête et sans même qu'elle puisse dire quelque chose, elle se fit soulever pour la redresser sur le sol. Elle tiqua deux secondes plus tard, Yuuka n'était pas du genre à réagir rapidement. Lente dans ses geste et dans ses réactions, une main se colla sur son épaule droite ; c'était celle de son grand frère. Il lui sourit largement, ses yeux se courbaient davantage à ce sourire. L'invitant à la suivre tout en prenant le sac qu'elle portait, il la dirigea vers le palefrenier de la ville, bien fier de sa trouvaille.



Kamui Nesuta, un jeune hyurois voulait également se rendre à Ul'dah. Et ils ne savaient aucunement qu'ils allaient le retrouver un peu partout à partir de ce moment là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rin

avatar

Messages : 302
Date d'inscription : 28/05/2016

MessageSujet: Re: [Chronique] Deux othariens, une arrivée - Achevée   Lun 8 Aoû - 15:45




            Après une bonne nuit de sommeil, ils avaient repris leur route jusqu'à la Nouvelle Gridania. Ils ne furent pas déçu. Ce qu'ils voyaient était tout simplement magique : les arbres étaient immenses et la flore était abondante. L'eau ruisselait parfaitement sur les petits rochers et elle était si claire, si pure. Akito prit une bouffée d'air, écartant ses bras. Yuuka se contenta de regarder son entourage, celui lui rappelait la forêt au clan des Nuages, si abondante également. Chaque parcelle de ce paysage lui faisait remonter certains souvenirs. C'est alors qu'un sourire cassa ce visage si inexpressif. Akito lorgna ce sourire, rassuré de voir sa petite soeur ainsi. Même s'il était la personne qui la voyait le plus sourire, c'était tout de même une chose à voir. Akito était lui aussi plus serein.

Akito prit doucement la main de sa petite soeur pour la guider. Il était temps de reprendre leur route après s'être arrêtés pour contempler le paysage qu'offrait la Nouvelle Gridania. Ils devaient se rendre à la Forêt du Nord, une calèche les attendait. Malheureusement, l'éthérite les avait retenu. Pour eux, cette chose était une divinité des kamis. En effet, Akito avait fait la remarque à Yuuka que cela ressemblait beaucoup à son globe céleste, son planisphère. C'est alors que sa jeune soeur tiqua elle aussi. Cela devait forcément être un don des kamis dont les éorzéens en prenaient soin ! C'est alors que tous deux, ils se mirent à prier devant l'éthérite tandis que la foule les regardait étrangement. Ce n'était pas commun.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rin

avatar

Messages : 302
Date d'inscription : 28/05/2016

MessageSujet: Re: [Chronique] Deux othariens, une arrivée - Achevée   Ven 19 Aoû - 12:18




La calèche avait enfin fini par s'arrêter après un jour et demi de route. Le ciel paraissait terne et nuageux aux premiers abords. Le vent n'était ni trop chaud, ni trop froid. Akito vint saisir les hanches de sa soeur pour la descendre de la calèche avant de saisir leurs bagages.

- Yuu, tout va bien ? demanda l'aîné à sa jeune soeur.
- Huh.. J'ai besoin de... commença-t'elle a répondre.

Il comprit tout de suite. La prenant dans ses bras pour la placer dans un endroit plus tranquille et plus réservé, Akito se retourna pour vérifier que personne ne les dérange. Yuuka paraissait intensément faible et fatiguée. N'avait-elle pas dormi durant la route ? Si, même beaucoup trop. Mais elle paraissait atrocement faible. De ses frêles mains, elle vint saisir une fiole à la couleur jaunâtre qu'elle plaça finalement face à elle, sur le sol. Elle se mit à genoux et commença à réciter une sorte d'incantation. Sa voix était toujours aussi inaudible qu'avant, même son frère n'arrivait pas à réellement comprendre ce qu'elle racontait. Ce dernier fut interpellé par un groupe d'enfant domien, joyeux les uns que les autres. Ils souhaitaient jouer avec le grand aoran mais furent refusé par ce dernier. Cependant, une question lui titillait la langue.

- Enfants, savez-vous à qui je pourrais parler ici pour comprendre le fonctionnement de cette ville ?
- Ah ! Oui, ojii-san ! Il y a Bankichi-san qui est tout en haut du bâtiment là-bas ! répondit l'un d'entre eux en pointant derrière lui, un immense bâtiment.
- Bankichi-san. Merci beaucoup, enfants. Je vous promets que je jouerais avec vous une prochaine fois, finit Akito par un large sourire.

Les enfants répondirent de la même manière avant de partir en courant. Lorsqu'Akito tourna la tête pour voir comment allait sa jeune soeur, il la vit debout, près de lui. Il aurait pu sursauter, elle n'avait fait aucun bruit. Elle avait enlevé sa capuche, bien qu'elle paraissait toujours aussi honteuse d'avoir cette coiffure. Les yeux baissés, elle tendit sa main vers son frère. Ce dernier lui prit délicatement la main puis la dirigea vers leur nouvelle destination, ce fameux immeuble.




Ils furent bien accueilli par monsieur Bankichi, un aoran domien qui avait passé beaucoup de temps en Mor Dhona et surtout, au Glas des Revenants. Il leur avait bien expliqué le fonctionnement d'ici, bien qu'ils furent interrompu par un autre aoran aux allures louches et dérangeantes. Du moins, c'était ce que la fratrie avait vu en lui. Akito ne put recevoir beaucoup d'informations sur maître Testunori, mais ils avait eu une piste. Une seule petite piste. Maître Tetsunori serait parti en Noscéa pour diverses raisons, des raisons inconnues. Akito semblait déjà prêt à partir, il voulait plus que tout retrouver son maître. Il fut arrêter par sa soeur.

- Akito-nii-san. Nous devrions rester ici au moins pour une nuit. Il faut que nous nous préparions et... Je n'arriverais pas à tenir encore un voyage.
- ...Je comprends. Restons ici deux nuits en ce cas. Je vais voir les environs, acquiesça-t'il alors.

C'est ainsi qu'ils s'installèrent au Glas des Revenants pendant au moins deux jours. Ils ont pu essayer de comprendre le fonctionnement, les coutumes. Cela se voyait que le choc des cultures s'y trouvaient. La fratrie avait fait certaines rencontres, notamment avec une certaine miqo'te solaire adoratrice de mochi. Akito s'était même combattu amicalement avec elle. Elle avait pu comprendre leur histoire, du moins, vaguement. C'était un petit temps de répit bien mérité mais il fallait maintenant avancer.
Dès le début du troisième jours, ils prirent à nouveau une calèche pour Gridania puis un aéronef jusqu'à Limsa Lominsa. Les tenues étaient beaucoup plus décontractés et Yuuka commençait à se faire à l'idée de cette nouvelle coiffure. Elle essayait au moins de se rendre jolie.

Désormais, ils devaient avoir une vie normale en Eorzéa tout en cherchant le maître Tetsunori. Et leur arrivé à Brumée avait été une grande surprise, leur grand-mère n'avait en rien menti sur la beauté du paysage.



FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Chronique] Deux othariens, une arrivée - Achevée   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Chronique] Deux othariens, une arrivée - Achevée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un deux trois, trois p'tits chats ! (Pour le plaisir, la vidéo d'Adibou)
» [RP]L'arrivée
» Arrivée précipitée
» Un.. Deux... Trois... Ciseaux !
» Question sur l'équipement eau arrivée au niveau 11X

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sans nom  :: les Communs-
Sauter vers: