AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Archiviste] Eternelle Arhae

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arhae

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 08/07/2016
Age : 26
Localisation : Ishgard

MessageSujet: [Archiviste] Eternelle Arhae   Mer 10 Aoû - 23:11



Le thème des Muses


Il était une fois, dans une cité riche et prospère, un peintre passionné en quête d’inspiration. Rien de ce qu’il avait vécu jusqu’à présent ne parvenait à stimuler sa créativité. Ni les mondanités de son quotidien, ni ses promenades au cœur des contrées enneigées ne rendirent ses toiles plus attrayantes. C’était un peintre talentueux mais en proie à une profonde frustration.
Un jour, alors qu’il neigeait encore sur le Coerthas, l’artiste décida de quitter son titre et ses responsabilités pour voyager à la recherche d’une nouvelle source d’inspiration. Son périple fut long et ardu, l’exposant aux dangers d’un monde qu’il ne connaissait pas. Il traversa, en l’espace de plusieurs années, le continent du nord au sud en peignant des natures mortes qui attisèrent davantage son sentiment d’insatisfaction.

Alors qu’il commençait à perdre espoir, le peintre, résigné, décida de faire une halte dans un petit village noscéen. Il dépensa ses dernières pièces à l’auberge, dans le but de se loger pour la nuit. Lorsqu’il parvint à trouver enfin le sommeil, l’écho d’une fanfare piqua sa curiosité. Il se leva donc et sortit sa tête par la fenêtre pour observer le début d’un festival en contre-bas. La foule chantait et dansait au rythme d’une joyeuse symphonie. Il analysa un peu la scène en soupirant tristement puis aperçut quelque chose qui l’intrigua. En effet, ses grands yeux clairs furent immédiatement captivés par l’aura enchanteresse de trois femmes qui dansaient au centre de l’assemblée. Leur beauté était saisissante, presque mythologique, et provoquait dans le cœur de l’artiste un torrent d’émotions.

Les jours qui suivirent furent dédiés à l’apprivoisement de ces nymphes qui obsédaient l’esprit de l’aquarelliste. Il chercha un moyen de les approcher sans les faire fuir… et y parvint, finalement. Leurs cheveux argentés et leur teint de porcelaine trahissaient leur lien de parenté.
Les trois jeunes filles se plurent à jouer les midinettes. Le peintre avait réussi à trouver la source d’inspiration qui le rendrait célèbre et souriait pour la première fois depuis longtemps. Il en aimait chacune, sincèrement, d’un amour à la fois chaste et dévorant. Il les peignit, encore et encore, jusqu’à s’affamer.

Quelques temps plus tard, l’artiste dû se résoudre à rentrer chez lui. Il proposa alors aux trois sœurs de le suivre jusqu’à sa région natale pour poursuivre ses œuvres. La simple idée qu’elles puissent refuser cette demande lui parut insupportable et il décida donc de leur mentir afin de les appâter.
Il promit d’abord à la plus vénale une montagne de pierres précieuses. Ensuite, la plus téméraire se laissa amadouer par le rêve utopique de devenir chevalier. Pour finir, il dupa la plus naïve en lui décrivant d’immenses vallées fleuries et chatoyantes. Les belles furent ainsi manipulées et suivirent leur mentor jusqu’aux terres gelées.

En arrivant aux portes de la ville, les noscéennes comprirent qu’elles avaient été abusées. Bien que la supercherie du peintre les révolta, elles furent forcées d’admettre qu’elles n’avaient pas d’autre choix que de rester vivre à ses côtés. Dès lors, l’artiste peignit davantage et se laissa subjuguer par un art nouveau. Un art qui portait le visage de ses muses.
Les mois passèrent et les œuvres de l’aquarelliste devinrent populaires. Les gens semblaient fascinés par la représentation des trois femmes et commandaient à l’auteur toujours plus de toiles pour orner leurs riches demeures. Très vite, les victimes de cette tromperie furent renommées les « Muses d’Airain » et suscitèrent l’admiration de tout un peuple. Elles étaient célèbres, bien malgré elles.

Une nuit, alors que la rançon de la gloire était devenue insupportable, le trio décida de fuir la ville sans en avertir qui que ce soit. Encapuchonnées sous de longs manteaux sombres, les jeunes femmes longèrent discrètement les ruelles ténébreuses jusqu’à l’entrée de la cité. Malheureusement, elles avaient été repérées durant leur escapade et des gardes vinrent les ramener auprès de leur gourou. Alarmé par leur soif de liberté, l’artiste devenu fou chercha un moyen de les retenir près de lui. Il commença par les avertir mais, hélas, les nombreuses autres tentatives d’évasion l’encouragèrent à user de méthodes plus radicales. Il fit donc appel à une sorcière peu recommandable pour l’aider à enfermer les fugueuses.

La sorcière ne demanda ni argent ni gloire. Elle proclama, d’un air impérial, l’accord qui venait d’être signé : « Peintre, ma parole est d’or. Un souhait inestimable j’exaucerais. Prends garde néanmoins, car par ce lien tu scelleras le destin. ».
L’apparition maléfique annonça les termes du contrat : cette dernière devra fusionner son âme avec celles des trois muses afin de garantir l’efficacité de l’enchantement. Dans un élan désespéré, le peintre céda et le sortilège s’amorça.

Instantanément, un éclair incandescent foudroya le cœur des trois nymphes qui s’effondrèrent face contre terre. Plongées dans un profond sommeil, elles trônèrent dans des cercueils de verre sans jamais ciller. Afin de les garder en sécurité, l’artiste les cacha dans une pièce secrète de la maison et continua de peindre leurs visages endormis. Elles étaient son trésor le plus précieux, un trésor éternel. Le temps ne semblait pas avoir d’emprise sur elles, bien au contraire. Les « Muses d’Airain » étaient aussi fraîches et lumineuses qu’à l’époque de leur insouciance.

Des années plus tard, on retrouva le cadavre du peintre aux pieds des cercueils fleuris. Nul ne sait ce qui lui était arrivé mais ce qui ne pouvait être ignoré, c'était le sourire serein qu'arborait son visage. Etait-ce la folie ou tout simplement le bonheur d'être de nouveau auprès de ses muses bien-aimées ? Peut-être les deux, après tout.

Depuis ce jour, quiconque entendit cette histoire se méfia des risques engendrés par le dédale de la passion.
Spoiler:
 


Dernière édition par Arhae le Mer 10 Aoû - 23:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arhae

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 08/07/2016
Age : 26
Localisation : Ishgard

MessageSujet: Re: [Archiviste] Eternelle Arhae   Mer 10 Aoû - 23:30




Le thème d'Arhae





INFORMATIONS


• NOM : Inconnu

• PRENOM(S) : Eternelle Arhae (ou juste « Arhae »)

• AGE : Inconnu

• RACE : Hyur (Hyuroise)

• TITRE : Dame Arhae

• STATUT : Noble

• RESIDENCE : Ishgard (manoir des Brumdelain)

• CLASSE IRP : Elémentaliste

• DIVINITE : Halone la Conquérante

• ALIGNEMENT : Loyal-Bon

• ELLE AIME : L’Art sous toutes ses formes, ses sœurs et Lady (son chocobo violet).

• ELLE DETESTE : Son statut et les responsabilités qu’il comporte. Elle rêve secrètement de liberté.




PHYSIQUE

Arhae a le corps d’une adolescente. Petite et menue, elle donne l’impression d’être une chose fragile qui risquerait de se casser à tout moment. Elle aborde un style vestimentaire soigné et sophistiqué, propre à son rang et à sa coquetterie. Elle portera néanmoins des tenues plus «girly» lorsque la situation s’y prêtera. Les couleurs claires sont ses favorites : le mauve, le blanc et le beige sont celles qu’elle porte le plus.

Le regard d’Arhae est très expressif : il trahi la moindre de ses émotions, même lorsqu’elle tente de le cacher. Ses yeux bleus clair, presque gris, s’harmonisent parfaitement avec son teint de porcelaine et son visage angélique. Ses longs cheveux cendrés sont toujours impeccablement coiffés et ramenés sur le côté par le biais d’une queue de cheval.


PSYCHOLOGIE

Arhae est profondément douce et bienveillante. Tous ses gestes s’illustrent par une extrême délicatesse et sa beauté n’a d’égale que sa générosité. Elle a tendance à s'émerveiller d'un rien et fait preuve d'un enthousiasme caricaturé. Sa capacité à toujours voir le bon côté des gens la rend naïve et vulnérable, allant même parfois jusqu'à la mettre en danger. Face à une personne dans le besoin, elle fait toujours preuve de compassion et vient en aide instinctivement.

Sa grâce et sa pureté la rendent précieuse. Pour cela, Elaine Brumdelain, la matriarche de la famille, veille à ce qu’elle ne s’éloigne jamais du Coerthas.

Spoiler:
 




A SAVOIR

• Bien que sa nature enjouée et optimiste reprenne généralement le dessus, il arrivera néanmoins que vous croisiez Arhae le visage fermé et triste. En effet, les mondanités de son quotidien ne semblent en aucun cas la satisfaire et attisent, au contraire, sa soif de liberté. Elle donne l’étrange impression d’être prisonnière sans, pourtant, jamais s’en plaindre.

• N’ayant jamais quitté le Coerthas, Arhae ne sait que très peu de choses sur le monde qui l’entoure. Ce qu’elle connait, elle l’apprit dans les livres et par le biais de son éducation. Elle rêve d’une vallée fleurie où elle pourrait respirer l’air printanier et oublier pour toujours la sensation du froid sur sa peau.

• Arhae et ses sœurs sont assez mystérieuses quand il s’agit de parler de leurs origines. Il arrive parfois, lorsque quelqu’un se montre trop curieux, qu’elles formulent l’étrange citation : «Ce voile ne peut être levé, car de la Promesse éternelle je suis la clé.». Lorsqu’une d’entre elles vous dira cela, vous saurez qu’il est inutile d’insister.

• Dans de nombreux tableaux ornant la demeure des Brumdelain, Arhae est représentée avec une fleur posée contre sa poitrine. Une rose d’un blanc éclatant, nommée la «Rose immaculée», et qui ne ferait qu’un avec celle décrite dans la légende des Muses d’Airain. On raconte que cette rose ne fane jamais…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Archiviste] Eternelle Arhae
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lorenz, Archiviste chevalier gris
» {Tactica} Garde eternelle
» Ivresse-eternelle [Terre-feu]
» Garde Eternelle or not??
» Question sur l'archiviste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sans nom  :: Membres-
Sauter vers: