AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Raven Preder] La Grue Rouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lerith
Admin
avatar

Messages : 1053
Date d'inscription : 28/05/2016
Age : 27
Localisation : Pau

MessageSujet: [Raven Preder] La Grue Rouge    Dim 29 Mai - 12:22



Rouge


"Alors, où en est-on ?
- Elle est toujours en plein travail seigneur. Il faut être patients.
- Nous n'avons plus le temps, justement !"

Le rouge domine dans cette vaste demeure entourés de murs ocre qui voisine le dojo Haiiro, du Clan du Scorpion. Des kimonos aux tentures de soie fine, tout n'est que rouge; Tout, sauf un yukata bleu ciel accroché à une porte en bois et papier tellement fine que l'on voit les silhouettes se mouvoir au travers. C'est un homme d'une carrure imposante, aux longs cheveux noir de jais, qui fixe avec sévérité la servante à genoux devant la porte. Soucieuse, la vieille femme jette des regards en coin derrière elle, alertée par les gémissements d'une femme.
" Cela va t-il durer encore longtemps ?
- Nous n'en savons rien Yaten-sama. Le travail est difficile, et Ayame-dono est...
- Je n'ai que faire de son état, le temps presse, si nous restons ici nous mourrons de toute façon !"


Un cri plus fort que les autres fait sursauter la servante qui incline la tête et se précipite de l'autre côté de la porte coulissante. L'homme sert les poings d'impatience, mais aussi d'une angoisse. Déjà de la fumée s'élève au dessus des arbres de la forêt environnante. La guerre est là, l'odeur du sang et du métal a déjà envahi le jardin. On laisse pourtant tout ouvert.
Les cris s'arrêtent, un râle de délivrance annonce la fin d'un calvaire et le début d'un autre. L'homme se tient devant la porte et hésite à entrer pour presser les servantes de relever son épouse. Il n'en a pas le temps. La porte coulisse, une jeune servante s'incline.
"C'est... c'est une fille Yaten-sama."
Il hoche la tête, et pose son regard sur la femme encore allongée sur le futon éclairé par une seule lampe rouge. Ses cheveux d'un blanc décoloré artificiel contrastent avec ses sourcils sombres. Il contemple son sublime visage qu'on lui a tant vanté, plus qu'il ne regarde le bébé posé sur une couverture. Mais le regard de l'épouse est froid, fatigué, il n'y a ni tendresse ni respect dans ces yeux gris.
"C'est terminé ? Bien, relève-toi non n'avons plus le temps."
Au moment où il tourne les talons, il se fige, la bouche en sang, un sabre lui traverse le corps. Une voix doucereuse à l'accent étrange pour un domien, lui répond. Une vois d'homme.
"Oui Haiiro-san, c'est terminé."
Les servantes crient et tentent de fuir, la lame les réduit au silence. Ayame saisit d'une main son daisho et se prépare à dégainer, le regard froid et déterminé. Elle ne prononce pas un mot. Elle regarde l'homme blond vêtu d'un accoutrement étranger, s'avancer dans la pièce.
"C'était donc cela la célèbre vigilance du Scorpion ? Je suis un peu déçu je dois l'avouer... Oh ! On ne m'a pas menti, Ayame-dono. Votre beauté est digne d'un seigneur. Elle me rappelle bien des souvenirs."
Par instinct plus que par amour, la toute jeune mère se place entre l'intrus et l'enfant. L'homme rit tout bas, il n'est pas inquiet. Elle peine à tenir debout, un genou à terre, son yukata mal attaché. Elle vient d'accoucher. Dans un bruit métallique, la lame de l'intrus disparait dans sa canne, comme si elle s'y fondait.
"Ne soyez pas idiote, Ayame-dono. Si vous ne me suivez pas, je trouverai un autre moyen."
Elle sourit en coin, sa posture est bien étrange. Mais elle n'a pas le temps de se redresser, une balle se fiche dans sa nuque. Par une autre porte coulissante, une grande silhouette féminine tient encore l'arme fumante. L'homme rit franchement.
"Les domiens et leur fierté. Ayame-dono vous ne pensiez tout de même pas que vous laisserai l'opportunité de me faire démonstration de votre redoutable technique. Bien, alors, qu'avons-nous là ?"
Curieux, sur un ton presque détendu et en totale opposition avec le carnage qui l'entoure, il se penche sur le nouveau né. Il affiche une moue dubitative avant de s'en saisir, non sans précaution, et de l'enrouler dans le drap encore tâché du sang des servantes. Sa mine déconfite et presque attristée aurait pu paraître sincère.

"Voyons petite chose, je serais un homme bien cruel de t'abandonner ici dans cette guerre... allons, quittons ces lieux et ce pays."

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://horizonrp.forumactif.org
Lerith
Admin
avatar

Messages : 1053
Date d'inscription : 28/05/2016
Age : 27
Localisation : Pau

MessageSujet: Re: [Raven Preder] La Grue Rouge    Dim 29 Mai - 12:23



"Qui es-tu aujourd'hui ?"


Ce n'était pas une vraie maison, mais pour l'enfant que j'étais, c'était un véritable palais. La moitié d'un niveau de ce grand aeronef, c'était un appartement qui lui était réservé. Et moi, j'étais comme son enfant. Je l'appelais "père" tout en sachant qu'il ne l'était pas ; j'étais une fille gâtée et aimée, comme toutes les petites filles. A une exception près, c'est vrai...


"Comment t'appelles-tu aujourd'hui ?"

Comme chaque matin, le petit déjeuner était déjà servi lorsqu'elle se levait. Il faisait toujours beau au dessus des nuages et le salon était très éclairé.
"Angie, Angie !"
Il sourit et se lève pour venir prendre dans ses bras la fillette de cinq ans et l'asseoir sur la chaise à sa droite. Puis il reprend sa tasse de café et la lecture de ses documents.
- C'est un très joli nom, excellent choix. Et qui est Angie ?
La petite fille marque un temps de réflexion, la main déjà tendue vers la corbeille où les croissants lui font signe. Une jeune femme blonde passe en souriant derrière sa chaise pour lui poser une tasse fumante de chocolat chaud près de l'assiette.
- C'est la fille du mécanicien ! Mais comme elle a appris à lire toute seule et très vite, son papa l'a fait adopter par un riche monsieur !
- Très créatif mais un peu trop proche de l'histoire d'hier, Angie. Essaye de faire mieux demain.
- Oui !"


Elle était Angie, aujourd'hui. Hier elle était Samantha, demain elle trouverait autre chose. Apprendre à mentir et à s'inventer une vie différente chaque jour était un entrainement constant. Un jeu amusant qui la formait à être tout le monde et personne. Dans ce salon, sur cet aeronef, elle pouvait laisser libre cours à sa créativité, à son imagination, et cela n'en était que meilleur pour le temps qu'elle consacrait aux études avec Mademoiselle V. Et "père" n'en était que plus satisfait.
Oui, satisfait il l'était ; il l'était un peu plus à chaque fois qu'elle lui apportait satisfaction. Apprentissage rapide, à six ans elle lisait déjà correctement des phrases complexes, même si elle n'y comprenait rien elle savait donner le change. Tout sur l'apparence, le mensonge, le faire-valoir. Alors que tant d'enfants apprennent à être honnêtes, il lui apprenait l'art de la tromperie ; et au fil des ans, cette petite fille sans nom deviendrait une jeune fille intelligente et ingénieuse.
Mais le Fléau allait considérablement mettre à mal ces beaux projets d'avenir...


Je me souviens du ciel noir et rouge, la lumière des flammes qui tombaient du ciel, et des nuages de fumée au dessus des villages et des cités incendiées. Vue du ciel, c'était plus terrible encore. J'avais attendu des années de pouvoir toucher la terre ferme, mais à onze ans... même quand on est avancé intellectuellement, on ne perçoit pas le monde de la même façon.
Il a presque enfoncé la porte de ma cabine, et m'a descendu dans l'appartement en me tirant par le bras. Je me souviens avoir cherché Mademoiselle V. du regard, en vain. Il n'y avait plus rien qui pouvait témoigner de sa présence. Quand nous avons posé le pieds devant ce refuge de pierre ishgardais, isolé en pleine montagne. Il m'a mit tube à parchemin dans les mains et à vérifié que j'étais bien couverte.
"Tu vas rester ici, et attendre qu'on vienne te chercher. Un homme va venir, il s'occupera de toi. Maintenant quoi qu'il arrive, ne quitte pas cet endroit tu m'entends ?"
C'est tout ce dont je me souviens. L'Aeronef a décollé dans la fumée et la pluie de feu qui s'abattait sur Eorzéa. Je n'ai pas compris pourquoi il m'avait abandonné là, et c'est pendant ces longues heures passées dans le noir à l'intérieur, repliée sur moi-même, que j'ai réalisé que je ne le reverrai plus. Mon enfance a pris fin avec le Fléau, comme celle de bien des enfants.
Je me souviens même m'être demandé : "Et aujourd'hui, qui suis-je ?"


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://horizonrp.forumactif.org
 
[Raven Preder] La Grue Rouge
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» led rouge
» La menace Rouge...
» Le Cristal rouge vient d'arriver sur Kirin Tor
» Probleme ecran noir Borne MVS (noir et rouge) Seeben 2 slots
» *lettre simple, à écriture rouge sang sur fond noir* Chers Gardes.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sans nom  :: les Communs-
Sauter vers: