AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Chronique] Le Chant du Lys Blanc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Lerith
Admin
avatar

Messages : 1053
Date d'inscription : 28/05/2016
Age : 27
Localisation : Pau

MessageSujet: Re: [Chronique] Le Chant du Lys Blanc   Jeu 7 Juil - 12:11



"Certaines choses méritent de tout perdre"


Je ne l'aurais jamais pensé, je ne savais pas que l'on pouvait croire à ce point, au point de voir l'impossible se réaliser. Et pourtant, le vœu secret de Calypse, celui qu'il n'a cessé de formuler jusqu'à il y a six jours à peine, s'est réalisé. Et pourtant... et pourtant rien n'est simple. Et pourtant il est presque trop tard. Presque, sinon il ne serait pas venu à moi, désespéré au point de demander l'aide de celle qu'il déteste, parce qu'ils savent tous les deux que je ne leur dis jamais ce qu'ils aiment entendre, mais ce qu'ils veulent entendre alors que tous les autres passent de la pommade pour leur faciliter les choses. Pour ça, ils se ressemblent bien.

Rien n'est simple, et ce qui est vrai est toujours plus fort, au point de faire mal, au point de faire souffrir atrocement. Pourtant, il est vrai, et il est plus fort que tout, sinon voilà longtemps que Calypse aurait tourné la page, sinon Ji ne reviendrait pas sans cesse, et sinon ils ne finiraient pas dans les bras l'un de l'autre à terme, à chaque fois.

Depuis le temps je ne sais pas ce qui me retient de prendre l'un pour taper sur l'autre. La masse musculaire de Ji n'est pourtant pas très conséquente... il doit encore avoir la marque de mon éventail sur l'arrière du crâne. Calypse, à ce stade, doit carrément avoir les motifs imprimés sur la peau.
Ainsi que je l'avais prévu, je les ai retrouvés enlacés dans mon bureau, sur le tapis près de la cheminée, après les y avoir enfermé plusieurs heures pour les forcer à se parler sans toujours choisir la fuite. J'ai ouvert la porte ce matin après avoir passé la nuit à veiller pour que personne ne vient les déranger et effrayer l'un d'eux, voir les deux, et les braquer. J'ai laissé de quoi les faire manger un peu sur le piano et je suis sortie sans les réveiller. J'ai pris l'aeronef pour Ishgard, et je me suis rendue au Conservatoire.

Rien ne sera simple, je les ai confrontés à leurs véritables sentiments, le reste ne dépend plus de moi. Je sais que ce soir, quand je vais rentrer, Calypse sera dans mon bureau à m'attendre pour me passer un savon et, au choix, fondre en larmes ou m'étreindre de joie. Peu importe, je serais là pour répondre de mon initiative. Je sais qu'il a enfin compris maintenant.
Certaines choses sont trop belles, trop puissantes, trop intenses pour qu'on les abandonne. Ces choses-là méritent qu'on se batte jusqu'à notre dernier souffle et de tout perdre pour les obtenir. Peut-être est-il trop tard ? Non, tant que l'un d'eux respire, l'autre n'aura de cesse de chercher sa présence, et ça je dois être l'une des seules qui parvient encore à le voir, et pourtant je vois. Je vois leurs regards, je sens leur respiration qui s'accélère, je perçois leurs mains qui tremblent. Ils se cherchent, quoi qu'il arrive et quelque soient leurs situations ils continuent d'attendre leur prochaine rencontre. Et quand elle arrive, ils oublient tout le reste.
Tant qu'ils nient cette évidence, ils vont s'acharner à se fuir et faire souffrir tous ceux qu'ils cherchent à aimer. Comme cette pauvre Amanda, je suis injuste avec elle aussi, mais je me demande si, une fois les illusions des premières semaines passées, cette pauvre femme supportera longtemps de vivre avec un homme dont le cœur continue de battre pour un autre et qui ne fera jamais pour elle tout ce qu'il est encore prêt à faire, stupidement, pour lui. Et les enfants, ceux qui sont déjà là comme ceux qui ne sont pas encore nés, ils vont subir de plein fouet d'être entourés d'adultes qui se comportent comme des adolescents à vouloir tout et tout de suite alors que leur soi-disant stabilité n'est rien de plus qu'une vaste comédie théâtrale.
La preuve en a été faite encore hier soir. Mas enfin, enfin ils le comprennent.

 Je rentre ce soir. De nouvelles paroles, de nouvelles musiques germent dans mon esprit. Je vais encore chanter. Je crois que... je suis aussi égoïste dans cette histoire. Jamais de telles émotions ne m'avaient inspiré depuis...


 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://horizonrp.forumactif.org
Lerith
Admin
avatar

Messages : 1053
Date d'inscription : 28/05/2016
Age : 27
Localisation : Pau

MessageSujet: Re: [Chronique] Le Chant du Lys Blanc   Ven 26 Aoû - 17:02


"Rester de marbre."



Rester de marbre, ne rien dire, ne rien laisser paraître. Rester sereine, ne rien laisser déborder, ni en bien ni en mal. Ne pas influer, ne pas parler, ne pas se faire entendre. Fais-toi de pierre, fais-toi d'acier.
Hier soir encore, mes barrières ont été mise à l'épreuve. Je croyais cette femme venue d'un ancien clan de chasseresses venues nous aider, elle est seulement venue nous provoquer. Elle ne cherchait qu'un prétexte. Il aura suffit d'une heure d'attente dans le hall -alors que certains, sans rendez-vous comme elle, attendent bien plus- et que je me montre polie en l'écoutant pour me faire accuser de manque de respect. Inacceptable, mais je n'ai rien dit. Rien faire, sourire, ne rien montrer, garder mon calme. En ce moment, c'est difficile de rester serein avec ce qui s'est passé. Yuuka et Nesuta touchés, puis Emiri et Yselia.
Et encore, j'aurais pu couper court, mais non, j'ai écouté, je suis restée à sa disposition mais au lieu de me parler de nos affaires communes elle n'a pas cessé ses provocations. Elle a continué d'ailleurs plus tard, devant Raw. Je ne sais pas ce qu'elle cherchait vraiment en ne cessant de lui dire "vous n'êtes pas digne de nous alors que nous avons eu la clémence de venir vous offrir notre aide", et après c'est nous qui manquons de respect ? Pour une fois, j'ai approuvé le jeu de monsieur mon promis de sourire et de la laisser parler pour finalement lui souhaiter bonne chance mais ne surtout pas répondre à ce petit jeu puéril. Mieux vaut se passer du savoir de ces femmes, et construire le nôtre, plutôt que de devoir supporter un hôte imbu de lui-même et en permanence dans le dédain et le besoin de se sentir supérieur. Nous avons déjà Ravast pour cela...
Enfin, elle est partie, je lui souhaite simplement de trouver meilleur partit. Qui sait ? Peut-être qu'elle trouvera quelqu'un pour lui baiser les pieds et la remercier tous les jours de l'immense présent qu'elle offrira à cet esprit faible. Tout le monde y trouvera son compte.

Emiri a quitté l'institut, remplacée par un xaela qui semble moins tourmenté. Ce n'est pas une mauvaise chose, il y a bien assez de troubles avec cette histoire de sirène. Pourquoi personne n'a jugé bon de m'en parler ou de rendre un rapport sur le sujet ? Je ne pouvais deviner ce qui se tramait jusqu'à ce que Yuuka vienne me trouver en pleine nuit dans ma chambre. La pauvre petite était désemparée, épuisée par ces cauchemars.
Je dois absolument faire quelque chose, mais quoi ? Si je laisse mes émotions l'emporter, si le miroir se brise, je ne contrôlerai plus rien...

Je dois... rester de marbre... quoi qu'il advienne.
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://horizonrp.forumactif.org
Lerith
Admin
avatar

Messages : 1053
Date d'inscription : 28/05/2016
Age : 27
Localisation : Pau

MessageSujet: Re: [Chronique] Le Chant du Lys Blanc   Lun 29 Aoû - 12:54


"Aussi éternel que le cristal"



Ce jour devait venir, il a été plus rapide que je le pensais. Combien de fois m'a t-on demandé si j'étais "prête pour le grand saut" , Combien de fois ai-je répondu "bien sûr que non" ? Pourtant, je me sens libérée...

quand Lys ouvrit les yeux, sa main était encore posée sur celle de l'homme endormi à ses côtés. Il n'avait plus besoin de prétexte pour la rejoindre, il n'avait plus besoin de ce semblant de discrétion qu'il s'imposait par respect pour son éducation, il n'avait plus besoin de jouer, du moins, pas à ce jeu là. La dernière scène, durant la cérémonie, avait fini d'achever le personnage. Tout serait bien différent désormais.
Lys resta un moment à contempler les traits de ce visage, qu'elle connaissait déjà si bien. C'était le sien qu'elle verrait désormais chaque matin, pour le restant de ses jours. Cette pensée lui arracha un sourire. Il ne s'était pas gêné pour l'être même bien avant qu'ils ne soient mariés. Il bougea légèrement, encore dans ses songes. Avant de commencer à réfléchir sur les rêves qu'il peut bien faire, Lys se leva, écartant les draps pour se couvrir rapidement avec son peignoir. Le matin est un peu froid, il a enfin plu un peu cette nuit. Doucement, elle s'éloigne du lit pour ouvrir la fenêtre. Le temps est clair, humide, reposant. Elle inspire, et souffle, tout doucement, tout en se passant une main dans les cheveux.
Son regard glisse sur son alliance en cristal. Il la lui a fabriqué, il l'a faite pour elle. Il ne donne jamais de son précieux cristal, à qui que ce soit. Quelles belles couleurs, à la fois invisible et pourtant plus on la contemple, plus on peut voir passer toutes les couleurs existantes à l'intérieur. Comme ses yeux, ces yeux qui changent sans cesse...

"Éternel comme le cristal..."

Lys ferme les yeux et inspire à nouveau. L’éternité, c'est ce à quoi il a toujours aspiré ; pas la vie éternelle ou ce genre de bêtise qui ne conduit qu'à l'échec, non, il veut voir ce qui est éternel. Et il lui a promis... il a promis de lui montrer quand il aura trouvé.
L'amour n'est pas éternel... sauf peut-être un amour de cristal.


 
"Hélas, je vous aime."



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://horizonrp.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Chronique] Le Chant du Lys Blanc   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Chronique] Le Chant du Lys Blanc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Les motivations du grrrrrand méchant.
» Ma chronique #5 sur le vin dans le magazine le Denturo
» [Fan-fiction] Chronique des ombres
» Chronique Politique - Le Flamand Rose par LouisHubert
» Le chant des sirenes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sans nom  :: les Communs-
Sauter vers: